Imprimer
Affichages : 3143

Dimanche 17 février : La Romeufontaine, un trail blanc à Font-Romeu , avec au programme 3 courses : un 12 km (découverte), un 25 km (authentique) et un 40 km (passion).

Le profil du parcours. (1000 m de dénivelé positif).
Profil du parcours

Vu les conditions météorologiques de ce début d'année 2011, de blanc ce trail ne méritera pas totalement son nom.

Comme beaucoup de trail celui-ci affiche complet quelques jours avant le début avec 1200 coureurs sur les trois épreuves.

3 coureurs de Bon Pied Bon Oeil se sont inscrits sur le 25 km : Hélène, Pascal et Patrick.
Pascal connait bien la station de Font-Romeu et a bien étudié le parcours. Il prévoit de le boucler en 02H30.
Pour ma part je pronostique une demi heure de plus.
A l'arrivée on sera loin de nos prévisions surtout moi.

Notre groupe est composé de 6 autres coureurs des clubs de Macadam de Colomiers
et des Vélociraptors organisateurs du Forest Trail.

Résultats du 25 km :

Le premier termine en 02:16:21 sur 444 coureurs classés.

Nom Temps Classement
Salles Pascal 88 03:05:06
Alves Philippe 201 03:27:03
Mazenq Stéphane 250 03:36:00
Aubailly Christophe 251 03:36:01
Degomme Benjamin 267 03:40:03
Escribe Jean François 272 03:41:17
Vassia Jerôme 352 03:59:10
Ayroles Francis 373 04:04:41
Pierson Hélène 354 03:59:39
Gaudicheau Patrick 390 04:13:44

et Sylvie Eychenne 92ème sur 333 sur le 12 km en 01:50:27.

Le samedi à 17H30, une course nocturne, annoncée de 6 km, se déroule dans les rues de Font-Romeu avec une arrivée à la salle Colette Besson.
Les premiers mettront moins de 18 minutes. En fait le parcours ne fait que 3,7 km.

Devant le départ à l'office de tourisme, distribution de vin chaud.
Comme nous ne prenons pas le départ, de ce trail nocturne, on se permet un petit écart fort agréable.

Le soir autre grand écart avec "la Fideua" : Paëlla de Pates et surtout de délicieux desserts, le tout arrosé d'un vin régional. 
Il ne faut rien négliger car les températures s'annoncent fraîches le lendemain au départ de la course : autour des 4 dégrés.

La grande question avant le départ : faut-il prendre les Yaktrax (chaînes pour chaussures) pour les portions de neige ?
Vu le peu de neige annoncé la majorité des coureurs ne s'embarrassent pas avec.

Photo de groupe avant le départ
Debout : Patrick, Benjamin, Philippe, Stéphane, Jean François, Christophe, Francis, Sylvie
Accroupis : Pascal, Jérôme.
Groupe

Avec Hélène
Hélène et Patrick

Sur la ligne de départ.
Départ

Le départ.
Départ

Départ

Dés le début du parcours, on commence à monter.
Première montée

En direction du golf, ça bouchonne. 
Bouchons vers le Golf

Le parcours emprunte le golf.
Golf

Golf

Les premières traces de neige.
Premières traces de neige

On trouve toujours un ou deux coureurs déguisés.
Un déguisement

Le piège tout le long du parcours : les passages de glace.La glace

La traversée d'un ruisseau avec les berges glacées et deux techniques différentes de traversée.
Traversée de rivière

Traversée ruisseau

Sortie de la forêt.
Sortie de la forêt

Je rattrape Sylvie qui est sur le 12 km avec Hélène en arrière plan.
Hélène que je ne reverrai qu'à l'arrivée. Elle qui redoutait cette épreuve m'a collé
un quart d'heure dans la vue.  Bravo.
Sylvie et Hélène

J'essaie de convaincre Sylvie de continuer avec moi sur le 25 km mais
je ne trouve pas les arguments qui font mouche.
Patrick

On emprunte maintenant une piste de ski de fond mais toujours pas de neige.Pistes de ski de fond

Premier ravitaillement.
Premier ravitaillement

Enfin de la neige.
Enfin de la neige

Neige

Au sommet de la piste de la Calme on aperçoit le lac des Bouilouses,
qu'il va falloir rejoindre.
Lac des Bouillouses

Pour rejoindre le lac des Bouilouses on emprunte la piste noire de la Calme.
Je film la descente avec la chute qui va bien avec.

Le reste de la descente après la chute.

Et dire qu'il y a 15 jours je filmais la descente d'une dune dans le désert Marocain.
C'est la magie du trail.

On croise d'autres coureurs qui empruntent la piste en montant. Et là on réalise qu'il va falloir
faire comme eux
.
Coureurs qui montent la piste noire de la Calme

Le bas de la descente avec les skieurs qui nous regardent en nous prenant
certainement pour des fous.

Bas de la descente

 

Piste de ski

Après la neige et la piste noire nous attaquons la toundra.

Toundra

Avec des plaques de glace.
Toundra glacée

C'est ensuite la montée vers le lac des Bouilouses.
Montée vers les bouillouses

Passage de ruisseau

Un crane de vache. 
Crane de vache

Dans cette partie, il n'est pas simple de se repérer  avec le vent qui rabat les rubalises contre les arbres.
Nous nous mettons à trois pour aller de rubalise en rubalise.
Nous n'avons certainement pas pris le bon chemin et fait quelques centaines de mètres en trop jusqu'à 
nous retrouver en face des coureurs du 40 km.

C'est l'arrivée aux Bouillouses.
Refuge

Avec le pic du Carlit.
Carlit

Le passage sur le barrage.
Barrage

Au bout du barrage un bénévole annonce qu'il reste 11 km à parcourir, en regardant mon GPS j'en
déduis que les 25 km annoncés vont se transformer en 27km.

Refuge des Bouillouses.
Refuges des Bouillouses

On s'arrêterai bien faire une petite pause déjeuner.
Menu

L'étang de Pradeille sur le retour de station.
Lac sur le retour

On attaque le gros morceau de la course : la remontée de la piste noire.Montée de la Calme

A la poursuite d'une concurrente qui n'a pas froid aux épaules et aux bras. Montée

La montée est raide et on espère ne pas glisser pour avoir à remonter la pente.
Mur vu d'en haut

Le deuxième mur.
Deuxième mur

La fin de la montée il ne reste plus que de la descente en théorie bien entendu.
Fin de la montée

Retour vers le bas de la station le long des pistes.
Le long piste bleue

La traversée de la forêt avec des passages glacés.
Forêt

L'accueil à 5 km de l'arrivée pour Hélène.
Accueil d'Hélène

Hélène et ses garçons.
Hélène et ses garçons

Le golf avant l'arrivée.
Golf

L'arrivée au bout de 27 km (le temps affiché est celui du 40 km).
L'arrivée

Arrivée

Les témoignages des participants
Signatures

En résumé un très beau trail avec une météo de rêve mais très éprouvant.
Je n'ose pas imaginer la difficulté de l'épreuve avec de la poudreuse.