Index de l'article

 Le club de Bon Pied Bon Oeil s'est déplacé en nombre pour participer à l'Andorra Ultra Trail et ses 4 courses au programme :

 

 

 

 

 

 

 

  • Hélène, Nordine et Sonia sur la marathon del Cims :      42,5 km et  3000 m de dénivellé positif
  • Maribel sur le Celestrail :                                                         82    km et  5000 m de dénivellé positif.
  • Nicolas sur l'Ultra Mitic   :                                                       112    km et  9700 m de dénivellé positif.
  • Patrick Nadrault et moi sur la Ronda del Cims :               170   km et 13000 m de dénivellé positif.

 

Notre groupe est complété de Pascal, directeur sportif du célèbre Team qui n'est plus à présenter : le Team "Moulin de Romanou"
qui va encore avoir l'occasion de se distinguer, de Ronan sur le Celestrail  et de Marco sur le Marathon.

 

Présentation de la course :

 

La Ronda del Cims est réputée pour être l'Ultra le plus dur des Ultras en comparaison de l'UTMB (Ultra Trail du Mont-Blanc),
du GRP (Grand Raid des Pyrénées) et du GRR (Grand Raid de la Réunion), qui se courent sur une distance équivalente,
mais avec 1/3 de dénivellé positif en plus (13000 contre 10000) et un terrain plus technique avec des passages très aériens
pour la Ronda Del Cims.

 

C'est mon 5ème Ultra après la Diagonale des Fous (2009 et 2011), le GRP (2010) et l'UTMB (2011) ce qui me permet d'avoir
un minimum d'expérience de ce genre de courses.

Par-contre, je n'ai couru aucune course de ce calibre depuis 3 ans.

De son côté Patrick enchaîne pour la troisième année de suite après la Diagonale des Fous 2012 et  le Grand Raid des Pyrénées 2013.

 

Le profil de la course avec ses  deux bases de vie à la Margineda et au Pas de la Case et ses 15 cols.

Profil de la course

 

 

 



Les différentes types de terrains rencontrés : à noter les 15% de terrain très compliqué.
Différents types de terrains



Le parcours de la Ronda Del Cims fait le tour de l'Andorre. par les Cimes comme son nom l'indique.
Bénévoles


Préparation de la course :

 

Côté préparation j'ai été perturbé par les blessures : tendons d'achille en 2013, jusqu'à fin janvier 2014 pour enchaîner
sur un kyste poplité, derrière le genou, en mars guéri fin avril.

 

Ma véritable préparation a donc durée 4 mois avec du poids à perdre et du fond à récupérer.

 

J'ai pu faire l'essentiel à savoir 8 sorties montagne dans les Pyrénées, dont deux week-end "chocs" avec une reconnaissance
sur un week-end d'une partie du Celestrail et du Marathon del Cims.

 

Que de chemin parcouru entre  ma première sortie montagne au Mont Fourcat avec Maribel et Philippe et ma dernière sortie
au Pic du Crabère avec Mouloud, Sonia, Valérie et Nicolas.

 

Côté poids, il me faut un objectif de cette taille pour arriver à supprimer tout ce qui fait qu'on ne peut pas aller au bout d'une telle épreuve : alcool, sucre (pas trop dur),
fromage (dur, dur), viande en sauce (dur, dur).
Résultat 5 kilos perdus en 4 mois pour un poids relativement raisonnable.

 

Côté matériel, du renouvellement  à prévoir :

  • Chaussures avec un changement de marque, mes fidéles Asics Trabucco depuis 2008 devenant au fil des années de moins en moins solides.
  • Batons : pour affronter la Comapedrossa et ses blocs de pierres, j'ai aussi choisi de délaisser mes fidèles Leki pour des Black Diamonds légers et pliables.
  • Frontale : là aussi une nouvelle frontale, domaine où les progrès sont énormes en terme d'intensité lumineuse

 Un dernier point important côté logistique, la préparation des deux sacs de rechange pour les deux bases vie et la préparation du sac avec le matériel obligatoire.

 

Côté matériel obligatoire, qui est indispensable, il fallait prévoir entre-autre : un surpantalon imperméable, un collant long recouvrant les genoux et un tee shirt à manches longues.
Moi qui ne suis pas frileux, je préfère courir en cuissard et en tee-shirt à manches courtes.

Pour le tee-shirt, j'ai l'option tee-shirt à manches courtes plus manchons.
Cela fait beaucoup de matériel à transporter dans son sac : il faut optimiser le pliage des vêtements ce qui n'est pas mon fort.
Il faut ajouter à cela de la nourriture.
Résultat j'ai fait et refait mon sac à plusieurs reprises sans trouver de formule idéale.

 

Les affaires sont prêtes avec les deux sacs pour la base de vie.

Préparation des sacs

 

Autre problème technique la durée de vie de ma montre GPS.
J'emporte avec moi mes deux Garmin, plus une batterie de recharge. Je compte tenir avec ce dispositif une quarantaine d'heures
et pour terminer je prévois d'utiliser mon téléphone portable.

 

Dernier point non négligeable dans la préparation : les prévisions des temps de passage avec la gestion des barrières horaires.

Il y a moins de barrières horaires que sur les autres ultras : uniquement 5, contre 11 au GRP,  12 à l'UTMB et 22 à la Réunion, 
avec la première barrière au bout de 25 heures de course.

Si je me fais éliminer je passerai donc au moins 25 heures en course.

Opération délicate sans l'appui du site softrun que j'utilise d'habitude et qui n'a pas cette course dans sa liste.

Je fais tout sous excel avec différentes versions étant donné les vitesses aberrantes et les incohérences auxquelles j'arrive à plusieurs reprises.

Ma dernière version prévoit une arrivée vers 20H00 et donc 61 heures de course avec 2 heures de pause aux deux bases de vie :
de quoi se doucher, se ravitailler et dormir environ une heure.

J'ai ajouté deux heures de pause au km 143 : je ne sais pas pourquoi.

Ma dernière version de mes prévisions de temps de passage (si vous trouvez des anomalies inutile de me les envoyer).

révisionds de passage