Index de l'article

Week-end des 17 et 18 mai, trail du Pic Saint Loup, à environ 20 km au nord de Montpelier,  connu essentiellement pour ses vins.

 

Au programme, il y en a pour tous les goûts.

  • L'ultra Draille : 120 km et 6000 m de D+
  • L'Hérault Trail : 73 km  et 3500 m de D+
  • Le marathon de l'Hortus : 42 km et  2000 m de D+ en individuel ou en relais de 2 coureurs.
  • Le tour du Pic Saint-Loup : 18 km et 875 m de D+
  • Le tour du Pic Saint-Loup by night : 17 km et 875 m de D+

  • La Cécélienne (course féminine) : 12 km et 300 m de D+

  • Marche nordique : 12 km et  300 m de D+ : non chronométré.
  • Handi-Trail : 12 km et  300 m de D+
  • La Pitchou'Pic 1,2 et 3 : pour les enfants de 6 à 12 ans.

Nous sommes 5 coureurs de Bon Pied Bon Oeil engagés :

  • 4 sur le marathon : Maribel, Sonia, Gilles et moi
  • Un courageux (ou fou pour certains) sur le 120 km : Patrick Nadrault.

Notre groupe est complété de 3 autres coureurs : David sur le 73 km, Pascal et Virginie sur le marathon.

 

C'est une première pour David et Virginie qui n'ont jamais couru une distance aussi longue.

 

Résultat des coureurs du groupe :

 

Sur l'Ultra Draiile :  99 coureurs classés, le premier  en 13:44:45

56 abandons soit 64 % de finishers.

 

Nom Temps Classement
Pascal N'Diaye 21:23:08 34
Patrick Nadrault 21:35:02 35

 

Sur l'Hérault Trail : 118 coureurs classés, le premier en 07:51:44.
71 abandons soit 63% de finishers.
David termine 29ème en 11:44:21

 

Sur le marathon de l'Hortus : 278 coureurs classés, le premier en 3:50:24

 

Nom Temps Classement
Maribel Prillo 7:25:12 230
Virgine Tollin 7:35:50 239
Gilles Rouyer 7:56:58 256
Patrick Gaudicheau 8:28:32 274

 

Sonia et Pascal sont arrivés après la barrière horaire du km 31 et n'ont pas pu terminer la course.


 

Récit et photos de la course :

 

C'est la deuxième sortie du Team de Romanou, après le Trail du Ventoux.
Je m'étais initialement inscrit sur le 120 km mais vu mon nombre de jours d'arrêts depuis le mois d'octobre
et mon nombre de jours d'entraînement j'ai préféré être enfin raisonnable et basculer sur le 42 km.

Gilles et Sonia. ne sont pas non plus dans une forme optimale par manque d'entraînement.
Au contraire de Maribel, Patrick, Pascal N'Diaye et David qui sont affutés.

 

Nous logeons au gîte du CAF de Saint Guilhem le Désert, un des plus beaux villages de France, réputé pour son abbaye.
Le repas du vendredi soir est particulièrement frugal avec de la saucisse fabriquée par un boucher local accompagnée de gratin.
En plus d'être particulierement délicieuse, la saucisse est en quantité industrielle.
Comme nous le dira le propriétaire du gîte le boucher prévoit large car il a affaire à des sportifs.
Le tout arrosé d'un bon vin rouge, le week-end commence sous de bons auspices.
La nuit en dortoir, se passe au milieu de quelques ronflements et dès 3h45 c'est le réveil pour les deux coureurs du 120 km.
Je suis chargé de les amener au départ à une dizaine de km de Saint-Guilhem.

 

Pascal et Patrick au départ du 120 km de Causse de la Selle à 05H30 du matin.

Pascal et Patrick au départ

 

 Au départ sur la première ligne, il y a uniquement 6 filles soit 4% de partants : c'est vraiment très faible.

 Le sfilles devant

 

Le départ du 120 km.

Départ de la course

 

La journée s'annonce très chaude et l'organisation conseille aux coureurs de partir prudement et de bien s'hydrater pendant toute la course.
Statistiquement, la chaleur fait plus de dégâts que la pluie. L'organisation prévoit que le premier à Saint Guilhem, km 24, sera le dernier à l'arrivée.
Ce qui ne sera pas le cas, le premier le restera de bout en bout.

 

Pendant que les coureurs s'elancent vers Saint Guilhem le désert, je récupère David pour l'amener à Saint Jean de Buèges
à quelques km du départ du 120 km.
Son départ est à 09h00.

David avant le départ du 73 km.

David

 

La Ola sur la ligne de départ du 73 km avec les filles en première ligne : elles sont un peu plus nombreuses : 12 soit 6%
des participants. Un chiffre très faible tout de même.

La ola

 

Saint Jean de Bueges.

Saint Jean de Bueges

Saint Jean de Bueges

 

Saint Guilhem le désert.

Saint Guilhem le désert

 

Ravitaillement du 120 km à Saint Guilhem le désert au km 24

Ravitaillement de Saint Guilhem

 

Réparation d'une chaussure de trail au marteau ? Cela ne fait pas de pub pour cette marque dont j'arrête de porter
le même modèle après de longues années

Bricolage pour une chaussure

 

Je ne vous recommande pas non plus cette marque. Elles termineront en piteuse état à la fin du trail.

Patrick et ses Hoka

 

Pascal au ravitaillement.

Pascal

 

Pendant que les 3 coureurs sillonnent les chemins vallonés du département de l'Hérault, nous en profitons
pour visiter Saint Guilhem le désert,  faire un bon restaurant et déguster sept vins d'un chateau du Pic Saint Loup.
Une préparation à l'image des coureurs de haut niveau que nous sommes.

Nous n'oublions pas la récupération des dossards tout de même.

 

The Voice : Ludovic speaker du Festa Trail et de nombreuses courses de trail dont l'UTMB et le marathon du Mont Blanc

The Voice

 

Nous partons ensuite encourager les coureurs du 120 km à Brissac et rejoignons Maribel et Annabelle
qui ont suivi leur homme.

 

Brissac au pied du Roc Blanc point culminant du parcours à  923 m d'altitude

Chateau de Brissac

 

Le parc de Brissac avec le château au fond.

Le parc de Brissac

 

Arrivée de Patrick en pleine forme sous les couleurs de BPBO.

Arrivée de Patrick

Patrick à Brissac

Ravitaillement de Brissac.

Ravitaillement

 

Patrick et Maribel

 

Environ 30 minutes derrière Patrick arrivée de Pascal

Pascal

 

Pascal au ravitaillement

 

Retour au gîte pour les marathoniens pour un repas encore plus copieux que la veille avec de la charcuterie locale
et des lasagnes au saumon et des lasagnes à la viande.
Avant de nous coucher, David nous appele pour nous signaler son arrivée avec une magnifique 29 ème place.
Au réveil le dimanche matin à 05H45, nous apprenons que nos deux coureurs du 120 km ont terminés en 34 ème et 35 ème place
avec un final eblouissant de Pascal dans la dernière descente très technique.
Bravo à tous les deux, ils ont surmonté la chaleur, la distance et la technicité du parcours.
Cette dernière précision m'incite à prendre mes batons : une sage décision que je ne regretterai pas.

 


 

Pascal et son Team en route pour le marathon.
Groupe des marathoniens

 

Avec Sonia

Sonia et Patrick

 

Les 3 potes de la Diagonale des Fous.

Les 3 de la Réunion

 

et leurs mascottes : la chouette du premier Forest Trail, Maître Yoda et un margouillat de la Réunion.

Les mascottes

 

L'arche de départ du marathon.

L'arche de départ

 

Comme dans la majorité des trails, le martahon comporte son lot de barrières horaires :

  • La première au km 22 à parcourir en 3h45 maximum.
  • La seconde au km 31 à parcourir en 5h45 au maximum.
  • A l'arrivée : pour être classé il faut terminer en moins 8h30.

 

La première montée.

La première montée

 

Je pars lentement et me retrouve très rapidement devant les deux serre-files, qui m'indiquent de ne pas m'inquieter
et que tout va bien se passer. Je ne suis pas du tout inquiet vu ma facheuse habitude de courir avec les serre-files.

 

Je rattrape Sonia qui reconnait un de ses collègues de Montpellier parmi les deux serre-files.

 

Sonia avec son collegue de serre-file.

Sonia et le serre file

 

Le terrain

 

Les sommets du pic saint loup

 

Sonia et les deux serre-files.

Sonia et les deux serre-files

 

Une petite pente bien raide pour la mise en jambes.

Une petite montée raide

 

Sonia en  plein effort dans la montée.

Claret

 

Vue sur Claret départ de la course.

Claret

 

Une belle mono trace.

Chemin en mono trace

 

Musique

 

Les vignobles du Pic Saint-Loup

Les vignobles du Pic Saint-Loup


Les supporters Corses sont venus en nombre.

Les Corses se sont déplacés en nombre

 

Le premier ravitaillement avec du Ricard et du rouge en plein soleil !!!!

Le premier ravitaillement

 

Montée après le premier ravitaillement.

Montée

 

L'étang

 

Sonia au fond.

L'étang

 

Une petite escalade

Une partie d'escalade

 

Escalade vue d'en haut

 

Chemin

 

Maison en pierre

 

Pascal au loin.

Mouloud au loin

 

Retrouvailles avec Pascal.

Retrouvailles avec Pascal

 

La deuxième descente vers Lauret

Première descente

 

Patrick nous attend dans la descente

Patrick

 

Ravitaillement à Lauret.

Ravitaillement de Lauret

 

Rencontre avec Patrick Bohard, premier du 120 km et membre du Team Romanou.

Avec Patrick Bohard premier du 120 km.

 

Encore une portion technique

Encore une portion technique

 

Descente avec main courante.

Descente avce main courante

 

Vue sur la vallée

 

Pascal dans une descente technique au milieu des cailloux.

Descente très technique au milieu des pierres

 

Pascal au milieu des vignobles.

Valflaunes

 

Arrivée à Valflaunes : première barrière horaire avec quinze minutes d'avance.

Valflaunes

 

Pascal, Annabelle et Patrick.

Annabelle, Pascal et Patrick

 

Ravitaillement de Valflaunes.

Ravitaillement

 

Pascal au ravitaillement

 

Je laisse Pascal au ravitaillement de Valflaunes, afin de ne pas arriver hors délai à la barrière suivante du 31 km
au pied de Pic Saint-Loup surtout que les bénévoles m'indiquent que la montagne de l'Hortus est la partie
la plus difficile du parcours.

Les deux prochaines étapes : la montagne de l'Hortus (à droite) et le Pïc Saint-Loup (à gauche).

Montagne d el'Hortus et Pic Saint-Loup

 

Aprés deux ou trois kilomètres sur le plat on attaque la montée de l'Hortus avec quelques parties tecnhiques.

Montée dans les pierres

 

Le paysage est toujours aussi beau.

Crête de l'Hortus

 

Sur la crête : à droite des barbelés.

Crête de l'Hortus

 

A gauche le vide

Le vide à gauche

 

Merci de nous prévenir : on comprend pourquoi le 73 km et le 120 km ne passent pas à cet endroit
surtout de nuit.

Panneau sympathique

 

La descente n'est pas mal non plus.

Descente sympathique

 

Descente d el'Hortus

 

Et pour terminer cette descente : un pierrier

Pierrier

 

Arrviée au km 31 avec mes 15 minutes d'avance maintenues sur la barrière horaire. Pas de temps à perdre
si je veux arriver avant 18h30

Un petit canyon

Un petit canyon

 

La croix du Pic Saint-Loup. Dire qu'il faut monter la haut !!

La croix du Pic Saint-Loup

 

Bien que la montée ne soit pas trop raide, j'éprouve de grosses difficultés à garder un bon rythme.
Heureusement que je ne me suis pas engagé sur le 120 km.
Je regarde souvent la distance qu'il me reste à parcourir avant la croix.
Je me fait doubler par un coureur et par un couple pour la 3ème ou 4ème fois.
Je suis plus rapide qu'eux en descente mais je prend cher en montée.
Sur la fin de la montée on croise beaucoup de promeneurs qui reviennent ou vont vers la croix
Arrivée à un col avec un panneau indiquant : "La croix : 430m" et à ma grande joie le parcours biffurque vers
la descente.
Ouf on ne va pas jusqu'au sommet !

Bascule vers l'autre versant

 

J'attaque la descente et je redouble rapidement le couple.
Je m'attendais à une descente plus difficile mais malgrè cela j'ai du mal à courir.
J'alterne marche et course.
L'arrivée à Saint Mathieu de Tréviers est proche on voit le village.

En me retournant  j'aperçois les ruines d'un château.
Je pense que peu de coureurs l'ont vu.

Chateau

 

Saint Mathieu de Tréviers

Saint Mathieu de Tréviers

 

Le chemin des morts un beau nom pour un final.

Chemin de la mort

Des escaliers : en descente d'habitude les oranisatuers s'arrangent pour nous les faire prendre en montant.

Escaliers

 

Je franchi la ligne en 08h28 soit deux minutes avant le temps limite acceuilli par Maribel, Virginie, Sonia, Gilles, Patrick et
Pascal.
Maribel est arrivée depuis environ une heure, 10 minutes devant Virginie et 30 minutes devant Gilles :

un grand coup de chapeau à tous les deux.
Pascal et Sonia ont abandonné après la descente du mont l'Hortus rattrapés par la barrière horaire.

Une fois de plus j'ai impressionné le patron du team Romanou par ma maîtrise des barrières horaires.
J'aurai bien aimé avoir un peu plus de marge mais je ne me résoud pas à ne pas profiter du paysage et
à abandonner l'appareil photo et j'ai passé l'age de la course au chrono. 

En tout cas je me suis régalé pendant tout ce week-end, dans cette région à découvrir, avec une organisation à la hauteur de
l'événement.
Un trail de plus à faire que je recommande fortement à Bon Pied Bon Oeil d'autant plus qu'il y a des distances pour satisfaire
tout le monde.

Je ne boirai plus jamais de Pic Saint-Loup et du l'Hortus de la même façon.